« Sea, safe and sun » - Prévention des bobos de l'été

« Sea, safe and sun » : prévenir les accidents courants et les désagréments de l’été

Ah l’été… Ses chaudes journées ensoleillées, ses odeurs parfumées, le chant des cigales, le bruit des vagues s’écrasant sur le sable fin, les promenades en nature…  Période propice au relâchement et à la détente, l’été est pourtant un moment de l’année particulièrement dangereux si l’on ne prend pas ses précautions. Pas de quoi s’alarmer au point d’annuler ses vacances ! Tamô vous liste les dangers et contrariétés les plus courants en France à cette période de l’année, les moyens de les éviter et, si besoin, les manières de gérer ces situations.

Piqûres, morsures

- Moustique tigre : plus agressif que le moustique classique, se reconnait par son apparence rayée. Peut être porteur de maladies graves, bien que cette situation soit assez rare en France. Néanmoins, il reste une nuisance très pénible de par ses nombreuses piqûres provoquant des démangeaisons relativement importantes selon les personnes.
Pour éviter d’avoir affaire à ces indésirables, appliquer du répulsif pour le corps et/ou les vêtements, se couvrir de vêtements les membres en cas de traverse d’une zone propice à la rencontre des moustiques tigre : zones humides, boisées… En cas de piqûre de moustique tigre, il existe de nombreuses crèmes apaisantes pour éviter les démangeaisons, limitant ainsi les désagréments et favorisant la disparition des boutons.

- Abeille, guêpe, frelon : plus fréquent de les voir pendant les beaux jours car elles butinent les fleurs. Bien qu’elles soient généralement peu agressives, les abeilles, guêpes et frelons peuvent cependant piquer si elles se sentent menacées. La piqûre peut provoquer d’importants problèmes en cas d’allergie et est douloureuse pour tout le monde. L’abeille, contrairement à la guêpe, laisse son dard planté dans la peau et meurt. Il convient alors de retirer le dard avec précaution, sans toucher la poche de venin pour éviter d’aggraver la blessure, par exemple avec une pince à échardes et de la désinfecter avec de l’antiseptique. Pour limiter les démangeaisons, appliquer une crème apaisante.

Pour limiter les risques de se faire piquer, éviter de marcher pieds nus dans la nature (même si c’est très agréable on en convient !), de s’habiller de couleurs vives et de vous parfumer (elles vous confondront avec de jolies fleurs appétissantes…), de laisser trainer des sucreries (gâteaux, canettes de soda…) ou de les chasser avec de grands mouvements brusques.

- Puce, tique, punaises de lit… : Il n’y a pas que les animaux qui peuvent subir les piqûres de ces bestioles. Pendant votre sommeil ou dehors, dans les hautes herbes, elles attendent patiemment votre arrivée, en quête de sang frais… Non seulement leur piqûre provoque des rougeurs mais elle peut aussi s’infecter et même vous transmettre des maladies. Il est donc impératif de les éviter ! Pour les puces et punaises de lit, rien ne vaut une literie et une maison régulièrement lavée. En cas de morsure de puce, désinfecter la plaie avec de l’antiseptique.

Les tiques, quant à elles, se cachent surtout dans la végétation. La morsure de tique est particulière, puisqu’elle s’accroche à la victime en introduisant sa tête dans la peau. Il ne faut surtout pas l’arracher d’un coup ! Sa tête resterait coincée dans la peau et la plaie ne guérirait pas. Il faut alors la faire tourner comme pour la dévisser, avec une pince à épiler, en attrapant la tique le plus près possible de la peau. L’opération est délicate, il est préférable de laisser un professionnel s’en occuper si possible. Il existe également des tire-tiques.

- Vipère : contrairement à la couleuvre, la morsure de vipère est venimeuse. Pour les différencier, la vipère a une tête plus triangulaire et la pupille de ses yeux est allongée.

Si vous vous êtes fait mordre, il est donc urgent d’appeler les secours (au 112) pour retirer le venin et éviter les complications. En attendant leur arrivée, désinfecter la blessure et immobiliser le membre mordu pour éviter que le venin ne se répande davantage.
Afin d’éviter leurs chemins, éviter de soulever des pierres et, si possible, munissez-vous d’un bâton pendant vos randonnées : les vibrations au sol les font fuir.

- Animaux marins : on retrouve par exemple les oursins, dont les épines peuvent causer un abcès si la blessure n’est pas traitée correctement. Il convient de retirer l’épine avec une pince à écharde et d’éviter les zones rocheuses sans être équipé de chaussures adaptées.

Les méduses, même mortes, sont aussi la cause de désagrément. La lésion urticante causée par son contact donne une sensation de brûlure à la victime. Il ne faut surtout pas se gratter ! La Croix Rouge recommande de rincer la zone touchée dans l’eau de mer sans frotter, puis de la recouvrir de sable et de laisser sécher. Puis de retirer le tout avec un carton rigide, pour enlever efficacement les cellules urticantes et de rincer avant d’appliquer ensuite un antiseptique.
Les vives, présente dans le Sud de la France, se cachent dans le sable. Leur piqure est douloureuse et la cause de malaises. En cas de piqûre, plonger le membre touché dans une eau très chaude (sans se brûler pour autant) ; son venin se détruit au contact d’une chaleur importante.

Noyades

Première cause de décès par accident chez les enfants (une centaine par an), les noyades sont fréquentes l’été, dans les piscines ou à la plage. Il suffit de quelques secondes… Ne relâchez donc jamais votre attention.
Les noyades concernent également les adultes, notamment les personnes âgées. Ne vous éloignez pas du bord ; en plus des risques de crampes et de malaises, les courants marins (surtout océaniques) ont tendance à ramener le nageur vers le large, rendant son retour sur la terre ferme difficile.

En outre, il est conseillé d’attendre quelques heures après un repas et de faire baisser la température de son corps avant de plonger, pour éviter l’hydrocution (appelé aussi malaise vagal).

Coups de chaleur

L’exposition prolongée au soleil peut causer des coups de chaleur. Le corps de la victime surchauffe, entrainant des fièvres et malaises.

Ces coups de chaleur concernent surtout les enfants et les personnes âgées. Pour protéger les enfants, il est essentiel de les couvrir d’un chapeau et si possible d’un tee-shirt et de leur donner régulièrement à boire. Les personnes âgées doivent aussi s’abreuver autant que possible et rester dans des lieux frais.